Friday, September 03, 2010

TV Magazine to meet Simon

Source : TV Magazine
Date : August 29 to September 4, 2010
By Nathalie Chuc

If you want to read this article by English, here's Google Translate.

La peau burinée par le soleil - trop de surf en Australie sans doute ? - l'Australien Simon Baker répond, très souriant, à nos questions affalé au creux du confortable canapé en cuir qu'affectionne son personnage, Patrick Jane. Ce dernier a d'ailleurs en grande partie déteint sur l'acteur qui aime à faire rougir ou rendre mal à l'aise son interlocuteur !

TV Magazine sur le tournage du Mentalist à Los Angeles, découvrez notre reportage photos complet !


Simon Baker, vous avez été élu par un magazine « l'acteur le plus sexy en 2009 » succédant à Patrick Dempsey (Grey's Anatomy), vous êtes d'ailleurs considéré en France comme « le nouveau Patrick Dempsey »...

(Grand éclat de rire) Si je suis le nouveau Patrick Dempsey, un jour ou l'autre, il y a aura le « nouveau Simon Baker ». Et qu'est ce qui se passera quand je deviendrai le « vieux Patrick Dempsey » !? C'est flatteur quelque part mais pas de quoi avoir la grosse tête car Dempsey, après tout, est un héros du petit écran - un de plus. Plus sérieusement, je préfère voir ma carrière en terme de longévité, et pas de « nouveau machinchose ». Je veux durer et ne pas être Patrick Jane pour toujours même si je suis parti là pour six saisons en tout.

Pourquoi avez-vous choisi une Citroën DS 21 comme véhicule pour Mentalist : peut-on y voir un hommage à Columbo et sa Peugeot ?

Vous aimeriez que je vous dise « oui » ! (hilare) En fait ce n'est pas tant un clin d'œil à Columbo que j'ai demandé cette voiture mais parce que tant de séries de nos jours sont prétexte à vendre des marques... Or je voulais que mon personnage ne soit pas quelqu'un qui possède le dernier truc dernier cri. J'ai pris le contre-pied. Et le fait est que j'ai toujours été un grand admirateur de cette marque française.

Vous avez dû attendre vos 40 ans pour connaître le succès mondial avec Mentalist...

(il fait la moue) Je n'ai pas le sentiment d'avoir dû attendre... C'est juste que c'est arrivé... plus tard. J'ai eu différents niveaux de succès dans différentes parties du monde, notamment via la série Le protecteur ou Le Diable s'habille en Prada. Quand j'étais un jeune acteur de 22 ans, le fait de pouvoir payer un loyer et mes factures avec ce job était un grand succès.

D'accord mais là avec Mentalist, les choses sont quand même différentes...

Oui, oui, d'accord, maintenant je suis dans le grand bain.

Et vous êtes convoité par des millions de femmes depuis Mentalist, comment le vit votre épouse ?

Je suis marié avec Rebecca depuis 20 ans : elle est la seule personne au monde qui sait qui je suis vraiment. Elle connaît mon âme et elle possède mon cœur. (il pointe du doigt son cœur). Et elle a confiance en moi. Elle sait que tout le reste n'est qu'artifice.

Deux de vos enfants ont acquis la double nationalité, australienne et américaine : en avez-vous envie vous aussi ?

Peut-être un jour... Vous pensez que la France pourrait me donner un passeport également, j'en rêve - je vais demander à Carla (rires) ! J'aimerais avoir plein de passeports en fait. Avoir la liberté d'aller dans tous les pays et d'habiter différents endroits du monde.

Vous choisissez également vous-même les costumes de Patrick Jane, toujours tiré à quatre épingles...

Je voulais capturer l'élégance européenne. Le fait que vous sachiez porter des costumes en toutes circonstances sans aucune fausse note. Je ne pense pas que les américains comprennent vraiment cet art de vivre mais c'est ce que je voulais pour le personnage. Du coup, il a une sorte d'« uniforme » qu'on identifie tout de suite quand on allume la télé. Il y a également un petit peu de Charlie Chaplin dans « Le vagabond », avec son costume trois-pièces et sa désinvolture touchante.

On parle beaucoup des points de ressemblances entre Mentalist et Lie to Me, qu'en pensez-vous ?

Je ne regarde pas la série...

D'accord... L'acteur Tim Roth, héros de Lie to me, qui lui aussi, dans la série, détecte le mensonge chez les autres, a dit qu'il avait appris certains « trucs » à force. Et vous ?

Moi aussi un peu mais je suis trop occupé à apprendre mon texte...

Mais encore !?

Bon d'accord, j'ai appris à jouer les personnes innocentes et candides, mais ça je savais déjà le faire. Je suis un acteur, je manipule par essence ! Le mentaliste est un acteur et réciproquement même si je ne me qualifierai pas moi-même comme « mentaliste ». Mais comme Patrick Jane, je dois avouer que je sais établir des connexions avec les gens pour qu'ils se sentent suffisamment confortables et qu'ils vous donnent des indices sur eux, qu'ils me confient leurs histoires.

Quel est le point commun principal entre Patrick Jane et vous ?

(Sans hésitation) Le sens de l'humour !

Avez-vous le temps de regarder la télé, des séries par exemple ?
Non, je n'ai pas le temps. Sauf quand j'ai pu regarder toute la saison 1 de Gossip Girl avec ma fille. Les séries m'évoquent surtout un souvenir d'enfance, quand je suivais Columbo, Kojak, Happy Days...

Je vous ai vu très concentré sur le tournage, presque sombre...

Sur le tournage, je ne me sens pas toujours heureux car je veux donner le maximum, être créatif. Il faut que le style de Patrick Jane se renouvelle, je dois être inventif. Quand, à la diffusion de l'épisode, je vois que ça marche, tant mieux. Sinon, ça m'atteint beaucoup. Etre constamment inventif est très fatiguant.

Vous ne croyez absolument pas au 6e sens, dites-vous, et pourtant vous vous faites tirer le Tarot dans le monde entier, de Paris à Tokyo !

(il sourit) Oui, je sais, c'est par narcissisme uniquement car j'aime entendre parler de moi... Et c'est très amusant à vivre car je ne comprends pas ce qu'on me raconte généralement, tant l'anglais est approximatif.

Personne ne vous a prédit que vous alliez devenir le « nouveau Patrick Dempsey » ?
Non !! (rires)

Propos recueillis par Nathalie Chuc, envoyée spéciale à Los Angeles

0 意見: